Les expositions marquantes du mois de janvier.

Publié le par Thomas CLERMIDY

Musée RODIN

Musée RODIN

Affiche exposition Anselm KIEFER , Centre Georges POMPIDOU

Affiche exposition Anselm KIEFER , Centre Georges POMPIDOU

Affiche exposition Sepik, Musée du Quai Branly

Affiche exposition Sepik, Musée du Quai Branly

J’ai sélectionné pour vous trois expositions que vous pouvez voir si vous vous déplacez en ce mois de Janvier 2016 à PARIS.

Je vous invite à aller découvrir ou redécouvrir le Musée RODIN qui vient de rouvrir ses portes au public, dans le 7ème près des Invalides, après une période de restauration. Ce lieu magnifique renferme quelques 300 sculptures de l’un des plus grands sculpteurs du XIXème siècle. RODIN travaillait le bronze et le marbre, et ses œuvres s’inspiraient des grands classiques de la littérature comme La Comédie de DANTE. Une salle est consacrée à son élève Camille CLAUDEL qu’il encensa et détruit par la suite. On peut donc voir ou revoir quelques sculptures de Camille CLAUDEL, par exemple la Vague. Pour conclure, un lieu magique qui vaut le détour.

Nouveau prétexte à la découverte des activités culturelles de PARIS en ce début d’année 2016, je vous invite à découvrir l’œuvre du peintre contemporain allemand Anselm KIEFER qui fait l’objet de deux belles rétrospectives au Centre POMPIDOU et la BNF. J’avais déjà évoqué l’exposition de la BNF au mois de Décembre. Je m’attarderais donc sur celle du centre George Pompidou consacrée aux œuvres monumentales de l’artiste. Depuis 1969, cet artiste controversé interroge la culture allemande via les mythes et leurs reprises par le nazisme. Il montre que c’est l’idéologie nazie qui a détruit une culture séculaire. Il s’intéresse également à la Kabbale juive, à l’œuvre de Paul CEYLAN, et à l’œuvre de Martin HEIDEGGER. Cette exposition particulière mérite le détour.

Enfin, je vous propose de vous immerger dans la culture du fleuve SEPIK en Papouasie-Nouvelle Guinée dans le cadre de l’exposition éponyme au Musée du Quai BRANLY. De nombreuses ethnies animistes bordent le fleuve et l’exposition de cette année présente 230 objets liés à la vie quotidienne des autochtones. On peut donc voir des pirogues représentant le crocodile, ancêtre protecteur du fleuve. On peut également voir des crochets représentant un ancêtre de l’ethnie que l’on posait dans la maison des Hommes. On appelle ce lieu comme cela car il est réservé aux seuls hommes initiés. Enfin, on peut découvrir des parures que les jeunes gens portaient lors des rites d’initiation qui leurs permettaient de passer de l’enfance à l’âge adulte. Vous l’aurez compris, les liens avec les ancêtres et les rites d’initiation rythment la vie de ces populations mystérieuses mais passionnantes. Il faut retenir in fine de cette exposition qu’elle nous fait voyager dans des contrées lointaines et nous fait découvrir une culture différente de la nôtre.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article