Roger VAILLAND, un libertin au regard froid

Publié le par Thomas CLERMIDY

Roger VAILLAND

Roger VAILLAND

Roger VAILLAND nait en 1907 dans l’Oise. Il fréquente les bancs du Lycée Louis Le Grand. Il se lance ensuite dans le journalisme et fréquente les Surréalistes avec lesquels Il se brouillera plus tard. Puis il entre au journal Paris Midi. Durant la Seconde Guerre Mondiale, il devient résistant et il se réfugie dans l’Ain à Chavannes-sur-Reyssouze comme correspondant de guerre pour les journaux Combat et l’Humanité. Il épouse Andrée BLUETTE, mais il se sépare d’elle en 1946.

Après la Guerre, Roger VAILLAND, désormais prix Interallié pour Drôle de Jeu (1945) se consacre à l’écriture d’essais, de romans et de scénarios de cinéma dans le château des Allymes à Ambérieu-en-Bugey dans l’Ain, puis à Meillonnas toujours dans le département de l’Ain. Il épouse Elisabeth NEGRI en 1949. Communiste et libertin, il écrira de nombreux livres sur le capitalisme, le syndicalisme comme 325 000 francs ou Beau Masque. Il écrit également le scénario des Liaisons Dangereuses pour son ami Roger Vadim. Il reçoit également avec beaucoup de chaleur et convivialité ses amis peintres et architectes comme Pierre SOULAGES, Costa COULENTIANOS, ou encore nos amis bressans Pierre et Simone DOSSE.

En 1964, il obtient le prestigieux prix Goncourt pour la Loi. Il meurt l’année suivante d’un cancer et est enterré dans son village de MEILLONNAS qu’il aimait temps. Pour l’anecdote, le médecin qui soignait l’écrivain à la fin de sa vie n’était autre que mon grand- père Théodore DOLINE avec qui il passait de longs moments à disserter sur le sens et l’injustice de la vie et la vacuité du monde. On fête donc le cinquantième anniversaire de son décès cette année 2015. De nombreuses manifestations liées à Roger VAILLAND ont lieu à Bourg en Bresse cet automne. Parmi ces manifestations, je vous conseille la très belle exposition biographique proposée par la Médiathèque Roger VAILLAND de Bourg-en-Bresse et l’exposition des amis artistes de Roger VAILLAND au Monastère Royal de BROU. Je vous recommande aussi la belle biographie d’Yves COURRIERE, Roger Vailland, un libertin au regard froid ainsi que les ouvrages de l’auteur, qui ont certes vieillis, mais qui méritent d’être redécouverts.

Sources: COURRIERE Yves, Roger Vailland, un libertin au regard froid. Bourg en doc.

Commenter cet article